Baya et des artistes du monde arabe contemporain au Mathaf

Baya et des artistes du monde arabe contemporain au Mathaf

Le Mathaf ouvre au public une partie de ses collections. Les œuvres, plus de 8000, réunies par le musée constituent le fonds d’art moderne et contemporain le plus important de la région. Elles proviennent du monde arabe, d’Iran, de la Turquie et d’autres régions historiquement liées à la péninsule arabe.

L’une des artistes présentée, la plasticienne algérienne Baya Mahieddine, que vous connaissez peut-être sous le sobriquet de Baya, pourrait aisément inspirer réalisateurs et romanciers. Sa vie est aussi fascinante que son œuvre.

Orpheline, elle est recueillie par sa grand-mère qui travaille dans une ferme de colon. Marguerite Camina, sœur de la propriétaire et collaboratrice de Miro, est impressionnée par ses modelages et ses dessins. Elle décide alors de la prendre à son service à Alger, en 1943. Baya est alors âgée de 12 ans. Elle est émerveillée par les fleurs et les oiseaux qui peuplent la maison. Elle modèle alors des personnages et des animaux fantastiques. Le célèbre galeriste et mécène, Aimé Maeght, de passage à Alger découvre chez son ami, le sculpteur Jean Peyrissac, les œuvres de l’artiste ; il prend immédiatement la mesure de son talent. Après Matisse, c’est Baya qu’il expose dans sa galerie parisienne. Le Tout-Paris s’emballe pour cette petite orpheline de 16 ans et la naïveté picturale de ses aquarelles. Son catalogue est préfacé par le Maître du Surréalisme, André Breton. Il dira d’elle : « Baya dont la mission est de recharger de sens ces beaux mots nostalgiques: ‘l’Arabie heureuse’. Baya, qui tient et ranime le rameau d’or. »

Baya_image_caption_ar

Elle restera quelques années en France, où elle côtoiera Braque et Picasso. À l’âge de 22 ans, son tuteur la marie au musicien El Hadj Mahfoud Mahieddine, grand interprète de la musique andalouse, dont elle deviendra la seconde épouse. Elle ne travaillera plus durant 10 ans. Jean Maisonseul, alors directeur du Musée des Beaux-Arts d’Alger, l’encouragera à reprendre son travail.

Ces œuvres dominées par des teintes de bleu et de rose illustrent un monde enchanté, naïf et archaïque. Un univers qui lui est propre !

Venez découvrir également l’œuvre de beaucoup d’autres artistes, comme Jasim Zaini, Jewad Selim, et Mahmoud Mouktar.

Pour les informations pratiques, rendez-vous dans notre rubrique Agenda.



Categories: Expositions

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *