Black Mass, Johnny Depp métarphosé

Black Mass, Johnny Depp métarphosé

Une nouvelle fois, Johnny Depp s’est livré à l’un de ses péchés mignons, se transformer jusqu’à devenir méconnaissable. Ce caméléon qui n’en est pas à son coup d’essai (Edward aux mains d’argent, Charlie et la Chocolaterie, Pirates des caraïbes, Alice au pays des merveilles) ne se contente pas d’une performance physique, mais nous éblouit aussi par son interprétation magistrale.

Johnny Depp se glisse dans la peau du gangster le plus puissant de Boston, James Bugler, alias Whitey, fondateur du gang Winter Hill. Ce biopic met l’accent sur l’ascension de ce chef de la mafia locale et de sa relation complexe avec son ami d’enfance, John Connoly, devenu agent du FBI. Ce dernier va passer un accord avec Whitey Bulger afin d’anéantir leur ennemi commun, la mafia italienne.

Scott Cooper embarque le spectateur avec un tel doigté qu’il peine à faire la différence entre réalité et fiction. Le public est d’emblée entraîné dans son univers, soutenu par une tension omniprésente. La violence ne s’instille que par petites touches, si bien que quand elle frappe, elle nous prend à la gorge comme par surprise.

Le casting est une autre belle surprise de ce film, de Benedict Cumberbatch (Sherlock Holmes, The Imitation Game), en passant par Lindsay Cyr (50 nuances de Grey). Néanmoins, le film ne tire pas seulement sa force de la qualité d’interprétation des acteurs : Scott Cooper a fait de la ville de Boston un personnage à part entière.

Une belle découverte donc à réserver uniquement aux grands.

Le film est projeté actuellement sur les écrans de Doha. Pour la programmation, rendez-vous sur la page de Cinemaqatar.

 



Categories: Cinéma

Tags: ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *