« Dans la cour » : une tragicomédie pleine de sensibilité

« Dans la cour » : une tragicomédie pleine de sensibilité

Difficile de croire qu’un film sur la solitude et la dépression puisse être drôle. Et pourtant, c’est le cas du film, « Dans la cour », de Pierre Salvadori qui sera projeté jeudi à Katara.

Antoine (Gustave Kervern), musicien de 40 ans, décide du jour au lendemain de tout quitter : sa femme, ses amis, sa carrière, en bref sa vie d’avant. Orienté par Pôle Emploi vers un poste de gardien d’immeuble, il croise le chemin de Mathilde (Catherine Deneuve), une bourgeoise dépressive obsédée par des fissures dans son appartement, qu’elle croit évolutives et le signe que le quartier tout entier va s’écrouler. Ces deux personnages profondément névrosés vont se lier d’amitié.

La rencontre improbable entre un paumé et une bourgeoise récemment retraitée n’est pas la seule belle trouvaille de ce film. Dans cette cour d’immeuble se croise les maux de la société qui nous entoure : Stéphane, un brin dérangé, vole des vélos qu’il entrepose dans la cour ; Lev, agent de sécurité, est sans domicile fixe et membre d’une secte ; Maillard,  homme maniaque, veut faire régner l’ordre dans l’immeuble. Le réalisateur français Pierre Salvadori s’attache ainsi à filmer nos solitudes et la difficulté de vivre dans notre société contemporaine. ;

Les dialogues ciselés et la finesse des portraits, grand point fort de ce long métrage, donnent de l’épaisseur aux personnages, et font de ce buddy-movie un film qui habite très longtemps la mémoire.

Pour les informations pratiques, consultez notre page Agenda.



Categories: Cinéma

Tags: , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *