Films fantastiques et d’horreur à l’affiche de la programmation du DFI

Films fantastiques et d’horreur à l’affiche de la programmation du DFI

Le Doha Film Institute invite les résidents à explorer, du 20 avril au 3 mai, l’art et la manière de réaliser des films d’horreur, à travers des cinéastes éclectiques.

Parmi les sept films proposés, cinq méritent tout particulièrement notre attention :

1° PSYCHOSE

Le festival s’ouvrira avec Psychose, chef d’œuvre du maître du cinéma à suspense, Alfred Hitchcock, servi par deux acteurs exceptionnels : Anthony Perkins et Janet Leigh.

Vous connaissez sans doute l’histoire : une femme fuit après avoir volé de l’argent. Elle s’arrête un soir de pluie dans un motel désert. La jeune femme est mortellement poignardée par une vieille femme. Sa sœur part à sa recherche ainsi que l’agent d’assurance chargé de récupérer le butin.

Avec presque rien, des dialogues épurés, des images en noir et blanc, des dialogues minimalistes, Alfred Hitchkock parvient à créer une atmosphère asphyxiante.

Un film à voir et à revoir, rien que pour la scène de la douche, moment d’anthologie.

Jeudi 20 avril, 19h30, Musée d’art islamique

2° JUMANJI

Jumanji, réalisé par Joe Johnston, a été adapté du livre pour enfant éponyme.

Parfois, il faudrait passer son tour, tout particulièrement quand on décide de jouer à Jumanji. Mais Alan Parrish (le regretté Robin Williams) jette les dés et … il est avalé par le jeu. Il retrouvera sa liberté uniquement si un autre joueur réalise un huit. Vingt-six ans s’écoulent quand les jeunes Peter et Judy réalisent cet exploit qui va changer leur vie.

Lions, animaux déchaînés et effets spéciaux à gogo sont au programme de ce film familial qui devrait plaire aux enfants.

Vendredi 21 avril, 15h, Musée d’art islamique

3° L’ORPHELINAT

Voici bien un film à vous faire dresser les cheveux sur la tête ! Avec un Guillermo del Toro à la production, ce long métrage est déjà une promesse. Aux manettes de la réalisation Juan Antonio  Bayona qui, avec ce premier film, réalise une prouesse et entre tout droit dans le cercle très fermé de  la nouvelle vague du cinéma hispanique.

Le film relate l’histoire de Laura, orpheline, maman d’un jeune garçon de 7 ans. Elle décide de retourner dans l’orphelinat au sein duquel elle a grandi. Soucieuse de ne pas voir disparaître ce lieu, elle transforme le manoir en centre d’accueil pour enfants handicapés. Mais son fils dit être en contact avec de mystérieux enfants… Serait-ce le fruit de son imagination ou de simples amis imaginaires ?

Vendredi 21 avril, 19h30, Musée d’art islamique

4° THE HOST

Voilà un bon gros film de monstres qui devrait ravir les amateurs du genre. En effet, « The host » est un genre de Jurassik Park à la sauce coréenne.

L’histoire se déroule à Séoul, au bord du fleuve Han où un monstre aquatique apparaît et détruit tout ce qui bouge. Il enlève une jeune fille. La famille de l’enfant décide alors de partir à sa recherche.

 

Dimanche 23 avril, 19h30, Musée d’art islamique

5° LE CABINET DU DOCTEUR CALIGARI

Voici un film qui a tout d’un Fritz Lang, et pourtant il fut mis en scène par Robert Wiene. Considéré comme un chef d’œuvre du cinéma expressionniste allemand, « Le cabinet du Docteur Caligari » mérite d’être vu, bien qu’il puisse apparaître un peu daté.

Mercredi, 3 mai, 19h30, Opera House, Katara

Pour réserver, rendez-vous sur la page de l’évènement réservé au Doha Film Institute.



Categories: Autre

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *