Travailler au Qatar

Travailler QatarVoilà, c’est décidé ! Vous avez répondu positivement à une offre d’emploi au Qatar. La période d’excitation passée, vous vous interrogez sur les règles applicables à ce pays en termes de permis de travail, de contrat. En bref, vous voulez savoir à quelle sauce vous serez mangé. Si vous êtes conjoint, vous serez peut-être, vous aussi, à la recherche d’un emploi. Alors, ne paniquez pas, les réponses sont ici.

Plus que partout ailleurs, le réseau est la clef pour trouver un travail au Qatar. Néanmoins, si vous n’en disposez pas, alors vous pourrez consulter les petites annonces ou les sites web.

Sachez que l’anglais, ou devrions nous dire le Globish, est un minimum pour travailler dans ce pays. Si en plus, vous parlez l’arabe littéral, alors les choses s’avèreront beaucoup plus simples pour vous.

Les sites de recherche d’emploi

Quelques sites sont incontournables, si recherche activement un emploi :

Vérifier Fréquemment le site de la Qatar Foundation qui est un gros recruteur au Qatar : Job Qatar Foundation.  Il en va de même d’AlJazeera : Job Aljazeera.

Les journaux

Deux journaux sont généralement consultés par les demandeurs d’emploi : Gulftimes et Péninsula.

Les réseaux sociaux

De nombreux groupes sur Linkedin sont susceptibles de vous intéresser :

 

Jobs in Qatar Doha,

Arabian Gulf Recruiters

Qatar Business and Professional Network

Qatarday.com

Indeed (regroupe de nombreuses offres d’emplois au Qatar)

Clarion Recruitment

Digital Media and advertising professionals

Qatar opportunities

Qatar World Cup 2022 Project Opportunities

Les applications

Les applications sont des compagnons idéals pour trouver un emploi. Plutôt qu’en télécharger plusieurs, pourquoi ne pas acquérir gratuitement « Qatar Jobs ». Non seulement, vous y trouverez une grande partie des emplois disponibles au Qatar, mais aussi dans tout le Moyen Orient. Impossible de dresser la liste de toutes les applications contenues sur cette seule appli, citons néanmoins : Monster gulf Aljazeera jobs, Qatar Petroleum, Dubizzle… Qui dit mieux !

Cabinets et associations

Les femmes actives  peuvent vivre une période difficile, lorsqu’elles arrivent au Qatar sans activité. Dans un nouveau pays, il n’est pas toujours facile de savoir comment s’y prendre pour mener une recherche d’emploi active.  Il en va de même des hommes qui suivent leurs épouses ou qui perdent leur emploi.

Doha french Speaking Professionnal Network

Il est utile de se regrouper pour travailler ensemble le CV, la lettre de motivation ou pour mettre en commun le réseau de chacun. Telle est la vocation de  Doha French-speaking Professional Network (DFPN) qui aide  les expatriés francophones  au Qatar dans leur recherche d’emploi, et leur apporte un soutien psychologique.

L’association organise tous les 15 jours un atelier de partage d’expériences. Pour connaître les dates, consultez notre page agenda.

Contact :  dohafpn@gmail.com

Global Women Qatar

Premier cabinet de recrutement pour les femmes uniquement, Global Women Qatar propose, aux candidates et aux clients, une approche personnalisée. Pour vous mesdames, la première étape est d’entrer votre curriculum vitae au sein de leur base de données. Ainsi, dès qu’un client recherche un collaborateur, GWQ recherche le bon profil sur la plateforme.

Pensez en outre à consulter régulièrement les offres d’emplois publiées sur leur site.

Pour en savoir plus, lisez  l’interview des deux fondatrices de Global Women Qatar.

Contact : info@globalwomenqatar.com
Elsbeth Blekkenhorst +974 3383 6906
Danielle Duttenhofer +974 6645 3423

Site : Global Women Qatar

Qatar Professionnal Women Network

QPWN est un réseau professionnel regroupant des femmes qataries et expatriées. Cette association poursuit un triple objectif :

– Aider les membres à élargir leur réseau,

– Améliorer les compétences professionnelles,

– Bénéficier d’un partage interculturel.

L’association s’adresse tant aux femmes qui travaillent qu’à celles sans emploi qui désirent maintenir leurs compétences et leur réseau professionnel. QPWN propose des réunions mensuelles de networking, des ateliers professionnels, des évènements de plus large audience. Il adresse à ses membres une lettre d’information.

Il n’y a pas d’adhésion, les participants contribuent en fonction de l’importance de l’évènement.

Contact : info@qpwn.org

Groupe Linkedin : QPWN

Site web : QPWN

Le permis de travail

 

La première règle à retenir est que tout salarié  doit être sponsorisé par une personne physique ou morale de nationalité Qatarienne. Néanmoins si l’épouse ou l’époux de l’employé trouve un travail dans le pays, il pourra être sponsorisé par son conjoint. Ce système de sponsorhip est appelé Kafala.

Pour travailler, le salarié, généralement entré avec un visa de courte durée,  devra obtenir un permis de résidence qui lui sera délivré dans un délai d’environ six semaines, valable de un à trois ans.

Les employeurs, les entreprises et les organismes gouvernementaux qui parrainent des travailleurs étrangers doivent remplir une demande et fournir les documents nécessaires pour le compte de leurs employés parrainés. C’est le cas, par exemple, si vous employez un employé de maison.

Ces documents sont :

 

– Un formulaire à compléter,

– Fournir les diplômes légalisés (se rendre à votre ambassade) et le CV,

– Avoir réalisé les examens médicaux et avoir été soumis à un relevé d’empreintes

– Fournir l’acte de mariage, s’il y a lieu, et les actes de naissance des membres de votre famille (conjoint, enfants).

 

Ces documents devront être traduits en arabe.

 

Sponsoriser un salarié vous en coûtera 392 QR, si vous êtes un particulier, et 1052 QR pour une société.

Contrat de travail

Avant de vous rendre au Qatar, assurez-vous d’obtenir une copie de votre contrat de travail afin de vérifier si les termes de l’accord sont conformes à ce qui a été négocié au préalable. Celui-ci sera élaboré en anglais et en arabe. Attention, en cas de litige c’est la version arabe qui fait foi. Il est donc nécessaire d’en demander également une copie, et d’en faire vérifier les termes par un arabophone. Une erreur pourrait s’y glisser, on n’est jamais trop prudent.

Dispositions contractuelles

Le contrat de travail doit contenir, à minima, les informations suivantes :

 

– Intitulé du poste,

– Date de la conclusion du contrat et de l’entrée en poste,

– Le lieu de travail,

– L’ancienneté (cas des contrats à durée déterminée),

– Le montant du salaire et les avantages (indemnité logement, indemnité pour la scolarisation des enfants, par exemple).

Période d’essai

La période d’essai ne doit pas excéder 6 mois, et ne peut être renouvelée avec un même employeur. Ce délai court à compter de l’exécution du contrat de travail.

Pendant cette période l’employeur pourra résilier le contrat à tout moment s’il est prouvé que le salarié n’est pas compétent pour exécuter le travail qui lui a été confié, moyennant le respect d’un délai de préavis de 3 jours.

Contrat à durée déterminée

Le contrat de travail à durée déterminée ne peut excéder 5 ans. Il peut être renouvelé avec l’accord des deux parties.

 

Si le contrat de travail n’est pas renouvelé et si le salarié continue à exécuter la prestation de travail avec l’assentiment de l’employeur, à l’issue de l’expiration du CDD, le contrat sera considéré être renouvelé pour une période indéterminée, à moins que le contrat n’en dispose autrement.

Contrat à durée indéterminée

Les contrats sont de plus en plus fréquemment conclus pour une durée indéterminée. Cette formule laisse en effet plus de flexibilité à l’employeur qui peut résilier le contrat selon un délai de préavis généralement prévu au contrat (un à trois mois) ou d’une indemnité de préavis, en compensation de la période non exécutée.

Rupture du contrat de travail

A l’initiative du salarié

Le salarié pourra mettre fin au contrat avant son terme, s’il s’agit d’un contrat à durée déterminée, ou ne pas respecter le délai de préavis s’il s’agit d’un CDI si :

 

– Si l’employeur ne respecte pas les règles contractuelles ou les dispositions du droit du travail Qatari ;

– Si l’employeur, ou l’un de ses commettants, a physiquement agressé le salarié ou commis un acte immoral envers l’employé ou un membre de sa famille ;

– Si l’employeur n’a pas dit la vérité à l’employé, au moment de la conclusion du contrat, sur ses conditions de travail ;

– Si le salarié est soumis à un grave danger lors de l’exécution de son contrat de travail, à condition que l’employeur ne pouvait pas l’ignorer, et qu’il n’a rien fait pour y mettre fin ;

A l’initiative de l’employeur

 

L’employeur peut mettre fin au contrat sans notification, et sans lui payer ce qu’il lui doit, pour les raisons suivantes :

 

– le salarié se fait passer pour quelqu’un d’autre ou fournit une fausse nationalité en communiquant des faux ;

– le salarié commet une faute causant des dommages matériels importants à l’employeur, à la condition d’avoir prévenu le ministère du travail, au plus tard un jour ouvrable après avoir eu connaissance de l’affaire ;

– l’employé a violé plus d’une fois les règles relatives à la sécurité au travail, en dépit d’en avoir été averti par écrit ; Il en va de même des obligations essentielles prévues dans son contrat ou par la loi ;

– l’employé a divulgué des secrets industriels ;

– l’employé a été l’auteur d’une agression dirigée contre son employeur ou un manager ;

– l’employé a été trouvé en état d’ivresse ou sous l’influence de la drogue durant ses heures de travail ;

– l’employé a été absent plus de 7 jours consécutifs, ou 15 jours non-consécutifs dans un délai d’un an, sans pouvoir le justifier ;

– l’employé a été condamné par un jugement définitif, c’est-à-dire non constitutif d’appel, dans une affaire criminelle mettant en cause son honnêteté.

Travailler au Qatar

Pour en savoir plus, consultez le Guide pratique du Qatar 2017.

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *