Institut Français : Les mathématiques, un voyage vers l’Orient médiéval

Institut Français : Les mathématiques, un voyage vers l’Orient médiéval

Edwige Le Brettevillois est historienne médiéviste et spécialiste de la vulgarisation des sciences en Occident. Elle nous parle de son parcours et de son intervention à l’Institut Français, ce mardi.

Qatar Actu : Pouvez-vous nous parlez de vous ?

Edwige Le Brettevillois : J’ai fait mes études à l’Université de Poitiers, plus précisément au sein du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale. Cet institut est très pluridisciplinaire. Il n’enseigne pas seulement l’histoire médiévale, mais aussi la philosophie, la musique et l’art à l’époque médiévale. J’ai toujours aimé cette transversalité. Mon mémoire de maîtrise a porté sur la vulgarisation des sciences.

Qatar Actu : Pourquoi un cycle de conférences sur les sciences médiévales ?

Edwige Le Brettevillois : J’ai proposé à l’Institut Français un cycle de conférences sur le sujet de la science au Moyen Âge, car il met en exergue les zones d’échanges entre l’Orient et l’Occident. En effet, les zones géographiques couvrant l’Irak et l’Iran ont été des puits de connaissance dans la première partie du Moyen Âge. C’est grâce à ces zones dites arabes que les sciences hellénistiques, qui avaient été oubliées en Europe, réapparaissent par les péninsules ibériques et italiques. Le XIIe siècle va bénéficier de tous les travaux arabes en Europe et préfigurera la révolution scientifique du XVIIe siècle.

Chaque conférence est autonome. Il n’est donc nul besoin d’avoir assisté aux interventions précédentes. Néanmoins, le programme suit une logique. J’ai d’abord commencé par le circuit du savoir entre Orient et Occident, puis j’ai continué avec l’astronomie et l’astrologie, pour enfin aborder, lors de ma dernière conférence, le sujet de l’encyclopédisme et du début de la cartographie. Cette semaine, je parlerai des mathématiques.

Qatar Actu : Pouvez-vous nous en dire plus sur le sujet de votre conférence de mardi ?

Edwige Le Brettevillois : Je l’ai intitulée : « Mathématiques, une révolution venue d’Orient ». Les chiffres arabes que nous connaissons sont en fait des chiffres indiens qui ont été adaptés. Les arabes ont eu le génie d’ajouter un zéro comme une valeur et non comme un marqueur d’absence.

Je parlerai des grands mathématiciens et, en particulier, Al-Khwarizmi, auteur d’un livre intitulé « L’Abrégé ». Il est notamment l’inventeur de l’algèbre. J’aborderai également la géométrie car, même si cette discipline a bénéficié de l’héritage de l’Égypte et de la Grèce hellénistique, les arabes vont faire des avancées prodigieuses : le calcul des aires, l’introduction de la notion de sinus…

La manière de concevoir les mathématiques aujourd’hui est issue des travaux qui ont été menés en Orient. Je tenterai de démontrer en quoi l’Orient a eu une influence majeure sur les mathématiques. Ce qui a caractérisé le monde arabe de l’époque, c’est le cosmopolitisme. Ils intégraient des influences venues des quatre coins de la planète. Ils étaient ouverts à tout ce qu’ils voyaient.

Qatar Actu : Quels sont les points forts de cette conférence ?

Edwige Le Brettevillois : Je suis une littéraire, je vulgarise donc la matière scientifique. L’important, ce n’est pas de développer un point mathématique, mais de montrer comment les idées ont circulé au Moyen âge entre Orient et Occident. Je souhaite, à travers les sciences, que les auditeurs comprennent mieux cette période. C’est en fait une excellente manière d’illustrer le mouvement des idées à l’époque médiévale.

Propos recueillis par Patricia Gendrey

Conférence « Mathématiques médiévales  » – Mardi 3 février – Institut français du Qatar – 20 QR – Pour en savoir plus, voir la rubrique Agenda.



Categories: Conférences, Francophonie

Tags: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *