Théâtre : interview d’Anne Guiberteau, metteur en scène de la pièce de théâtre « Colère »

Théâtre : interview d’Anne Guiberteau, metteur en scène de la pièce de théâtre « Colère »

Anne Guiberteau signe la mise en scène de « Colère », une adaptation de la pièce de théâtre « 12 hommes en colère » de Reginald Rose. Elle nous parle de ce spectacle qui sera représenté à Doha, vendredi 12 mai, à 19h30 au Ritz Carlton.

Qatar Actu : Quel est votre parcours ?

Anne Guiberteau : J’ai découvert le théâtre adolescente. Cela a été une expérience très forte que de pouvoir mettre en vie des personnages, accompagnée par des professeurs, metteurs en scène et comédiens professionnels. À partir de 2004, en expatriation en Indonésie, je me suis initiée à la mise en scène en équipe, puis seule à partir de 2007, date à laquelle « L’Atelier Théâtre des Amateurs d’Art » d’Abu Dhabi a vu le jour.

Au cours de toutes ces années, j’ai pris plaisir à mettre en scène différents types de théâtre : café-théâtre, comédie (« Musée haut, Musée bas » de Jean-Michel Ribes, ou « La salle de bain » d’Astrid Veillon), comédie dramatique (« Hôtel des 2 mondes » d’Éric-Emmanuel Schmitt), conte fantastique (« Le Dragon « d’Evguéni Schwartz)…

En septembre 2016, nouvellement arrivée à Doha, j’ai retrouvé Valérie Denis qui faisait partie des comédiens des « Amateurs d’Art » d’Abu Dhabi. C’est ainsi que « l’Atelier Théâtre des Amateurs d’Art » de Doha a vu le jour.

QA : Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre compagnie « L’atelier Théâtre des Amateurs d’Art » de Doha et sur votre troupe de comédiens ?

AG : Ce n’est pas une compagnie à proprement parler, mais bien un atelier théâtre. Imaginez l’atelier d’un sculpteur ou d’un peintre ! Ici, c’est la même chose, c’est un lieu où l’on découvre le théâtre : on expérimente le jeu, on teste, on se teste, on apprend des techniques (vocales, gestuelles, dans un espace donné, avec des partenaires…), on observe, et finalement on crée. La mise en scène d’une pièce est l’aboutissement de ce travail de découverte de l’activité, de soi et du groupe.

L’équipe de comédiens qui jouent dans « Colère » est composée en majorité de débutants. Mais quand la motivation, l’écoute, l’envie d’apprendre et de créer sont au rendez-vous, alors le terme de « débutant » n’a plus de valeur. On n’a en face de soi que des comédiens et beaucoup de talent !

Finalement, « l’Atelier Théâtre » m’a permis de travailler les deux axes qui me passionnent dans le théâtre : la formation d’acteurs et la mise en scène.

L'atelier Théâtre des Amateurs d'Art

L’atelier Théâtre des Amateurs d’Art

QA : Pourquoi avoir choisi de monter « Colère » ?

AG : « Colère » est une adaptation de la célèbre pièce de Reginald Rose « 12 hommes en colère », rendue encore plus célèbre par l’adaptation cinématographique de Sidney Lumet avec Henry Fonda, en 1957.

C’est un très beau texte, très fort. La pièce est un huis clos et rassemble 11 personnages qui ont de sacrés caractères ! Les tensions, les émotions, le thème de la pièce ne pouvaient que nous entraîner sur un terrain de création passionnant !

QA : Quel est le thème de la pièce ? Quels en sont les points forts ?

AG : Il s’agit des délibérations d’un jury qui doit statuer sur la culpabilité d’un jeune homme de 16 ans, accusé de parricide. Tous le déclarent coupable, sauf un, le juré 8. Il a des doutes. Et parce qu’il a des doutes, il refuse d’envoyer ce jeune sur la chaise électrique. S’ensuit une discussion où chacun donne son point de vue sur l’affaire.

C’est là que sont les points forts de cette pièce. En premier lieu, le Juré 8 met en place un vrai dialogue socratique. Tout part de sa position : « la seule chose que je sais est que je ne sais pas et si je ne sais pas, je cherche ».

On découvre ensuite que certains des jurés désirent voir l’adolescent coupable en raison de leur situation personnelle, d’autres en raison de préjugés racistes. C’est ce qui pose le problème de savoir à quelles conditions un jugement peut être impartial.

Enfin, les questions «Est-il coupable?», puis «Pourquoi pensez-vous qu’il l’est ?» interpellent chacun des jurés en son for intérieur. Toute pensée s’incarne en des gestes et des postures, chaque individu est le résultat d’une histoire propre. Le dialogue oblige chacun des jurés à dialoguer avec lui-même, et à rendre finalement compte de ce qu’il est.

QA : Quels sont vos futurs projets ?

AG : « L’Atelier Théâtre des Amateurs d’Art » de Doha devrait continuer l’année prochaine. L’aventure se poursuivra avec les participants de cette année qui désireront explorer d’autres personnages, d’autres styles de pièces (comédie ? café-théâtre ? Suspens…)  mais ce n’est pas un groupe fermé. Bienvenue à tout adulte, débutant ou expérimenté, femme ou homme. Il n’y a pas de « groupe de niveau » : c’est le mélange, l’envie de découvrir et de partager, le plaisir de jouer qui font la richesse du groupe et du projet. Le choix de la pièce se fera en fonction de ce nouveau groupe.

Mais d’ici là, rendez-vous au Ritz Carlton, le vendredi 12 mai à 19h30, pour « Colère » !

 

Pour les réservations (50QR) : fallone.hampel@ritzcarlton.com – Tél : 44 84 80 00

La représentation sera suivie d’une réception-rencontre avec les artistes.

 

Photo : Valérie Denis (à gauche) et Anne Guiberteau (à droite)

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer



Categories: Autre

Tags: , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *