Le Doha Film Institute fête le cinéma indépendant indien

Le Doha Film Institute fête le cinéma indépendant indien

Pour célébrer l’année de la culture  Inde-Qatar 2019, le Doha Film Institute fête le cinéma, en partenariat avec les musées du Qatar et le Jio MAMI Mumbai Film Festival, durant le mois de juillet.

La programmation ne manquera pas de passionner les cinéphiles qui pourront ainsi découvrir des rétrospectives, mais aussi les grandes voix cinématographiques contemporaines en Inde.

Le cinéma indépendant sera à l’honneur avec plusieurs longs métrages :

Village Rockstars

Le film conte l’histoire de Dhunu, une préadolescente qui vit dans un village reculé du Nord-Est de l’Inde. Elle rêve d’avoir une guitare électrique et de créer un groupe de rock avec les garçons du village.

Entre fiction et documentaire, cette œuvre illustre la force des rêves, tout en mettant l’accent sur les questions de genre.

La réalisatrice Rima Das s’interroge également sur les grandes problématiques touchant l’Inde rurale contemporaine, en livrant un film lyrique qui suit le rythme des saisons.

Le film a pour particularité d’avoir été tourné en dialecte Kamrupi, appartenant au groupe de la langue assamaise.

Village Rock Stars a été présenté au Toronto International Film Festival 2017 et a reçu de très nombreux prix internationaux.

The Man who feels no pain

Surya est un jeune homme qui a pour particularité de ne pas ressentir la douleur. Il a grandi comme beaucoup de jeunes de son âge avec les films d’arts martiaux et les polars indiens. Il décide un jour de jouer les justiciers en combattant un gang local.

Ce film, un brin décalé, revisite avec humour le personnage du super-héros et montre ainsi toute la diversité du nouveau cinéma indien.

The Man who feels no pain a été réalisé par Vasan Balan. D’abord sorti sur Netflix, il a été  présenté au Toronto International Film Festival de Toronto et au Paris International Film Festival de Paris.

Andhadhun

Andhadhun est  thriller policier au registre comique, dirigé par Sriram Raghavan.

Il  raconte l’histoire d’un pianiste malvoyant qui se retrouve malencontreusement sur la scène du meurtre d’une actrice. Les ennuis commencent alors pour lui.

Ce film parodique du genre policier illustre toute la richesse du cinéma indépendant indien.

Pour les informations pratiques, rendez-vous sur la page du Doha Film Institute.



Categories: Autre, Cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × quatre =